• 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
(200 votes )

L’abolition de la peine de mort constitue sans doute l’une des réformes majeures du premier septennat de François Mitterrand. Mais d’autres changements très importants sont intervenus dans le domaine de la justice et des libertés, comme la fin des juridictions d’exception et la suppression de la Cour de sûreté de l’Etat. C’est le nom du ministre Robert Badinter qui reste associé à ces choix éthiques. Et pourtant, ce n’est pas lui qui, au départ, avait été pressenti, mais plutôt le radical du sud-ouest, au profil plus "rond", Maurice Faure.