• 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
(111 votes )

Trois fois par jour, un autobus blanc des Nations Unies relie deux villes de Bosnie, Sanski Most la musulmane à Prijedor la serbe. Pour les passagers de cet étrange véhicule, c’est le retour après 5 ans d’exil. Un retour fugace, moins d’une journée chez l’ennemi. Quelques heures à peine parcourues la peur au ventre, pour enfin revoir les murs détruits de la maison, les décombres de toute une vie. La paix a peut-être été signée à Dayton mais, des fenêtres de l’autobus blanc, on peut voir que la guerre poursuit son œuvre, inexorablement comme le montre ce reportage de "L'Hebdo".