• 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
(472 votes )

Au premier Noël de son indépendance, l’Algérie est à la croisée des chemins. Elle est maître de son destin mais elle souffre d’un chômage massif, plus de deux millions de sans- emploi, et d’une agriculture à la dérive. De nombreux colons français sont partis et ont laissé des terres en jachère. Une des premières mesures du gouvernement algérien est de les confier à des comités de gestion. Comme l’explique Amar Ouzegane, le ministre de l'Agriculture et de la Réforme agraire, il tourne ainsi le dos à l’idéologie de l’égalitarisme élémentaire et instaure des primes pour récompenser les meilleurs cultivateurs.